Test Metal Gear Solid 4

Un titre longtemps attendu

Depuis 2001 et la sortie de MGS2, une énorme communauté de joueurs a attendu avec ferveur la sortie de cet opus. En effet, MGS2 s'est terminé en queue de poisson, laissant derrière lui une impression d'inachevé au vu de l'impressionnante somme de questions qu'il pose sans toutefois offrir de réponse. MGS3 aura pour sa part apporté un éclairage intéressant sur le passé de la série (puisqu'on y aura vécu une partie des aventures de Big Boss), mais continue, à l'instar de son grand frère, à poser de nombreuses questions sans apporter vraiment de réponse.

Un scénario qui lie toute une saga

MGS4 se positionne alors comme la clef de voûte de la série Metal Gear Solid. Toutes les interrogations accumulées au sein des trois précédents épisodes trouvent enfin leur réponses. Tout ce qu'on nous a caché durant des années nous est dévoilé au sein d'une magnifique expérience vidéoludique. La trame scénaristique, comme à son habitude, est bien ficelée. Les personnages ont toujours plus de profondeur et l'on apprécie que davantage leurs travers comme leurs bons côtés, ce qui les rends encore plus humains à nos yeux. Un point négatif de ce scénario malheureusement, est qu'il apparaît (de mon point de vue) incompréhensible à quelqu'un n'ayant pas joué aux précédents opus. Le nombre de références liées aux trois premiers volets est bien trop important pour ne pas embrouiller le joueur néophyte de la saga. Surtout qu'MGS4 pousse encore plus loin son scénario, ne se contentant pas de références aux histoires passées pour poursuivre sa propre trame. Pour les autres par contre, c'est une expérience très riche qui vous attend, notamment au niveau du gameplay.

Un gameplay riche

A ce propos MGS4 ne manque pas d'innovations et de retour sur les gameplay des opus précédents. Outre les phases "spéciales" de gameplay dont je tairais tout afin de préserver intact votre plaisir de jeu, les remises à niveau sont plus intéressantes. A commencer par le panel d'arme à votre disposition. Si celui-ci s'étoffe bien sûr au fur et à mesure de votre progression, force est de constater que le choix est varié. Toutes les armes disponibles dans les précédents opus (incluant les Metal Gear sortis sur MSX) y sont à peu de choses près, sans oublier les nouvelles. Les armes peuvent directement être ramassées sur les ennemis et cette collecte sera primordiale, puisqu'elle vous permettra de récupérer des points Drebin (le marchant d'arme du jeu) vous permettant non seulement de débloquer les armes en question, mais également d'en acheter d'autres ainsi que des munitions. Les armes sont personnalisables pour certaines (silencieux, visée Laser, poignée stabilisante, lance-grenade, ...) vous permettant ainsi de vous adapter à toutes les situations et à tous les types de jeu.L'octocamo, pour sa part, est une amélioration du système de camouflage d'MGS3. En effet, plus besoin de se plier aux incessants et fastidieux allez-retours entre le jeu et le menu pour sélectionner une tenue de camouflage et une peinture faciale appropriée, puisqu'il vous suffira de quelques secondes d'immobilité pour que l'octocamo s'adapte automatiquement à votre environnement proche. La jauge d'endurance (Stamina) a également disparue, laissant sa place à une jauge de psychisme. A l'instar de sa soeur, celle-ci influera sur la vitesse de progression de votre barre de vie et sur la précision des tirs effectués. Un indicateur de stress a également fait son apparition. Lorsque vous êtes repérés, que les conditions climatiques sont contraignantes ou que les ennemis sont à vos trousses, Snake accumule beaucoup de stress ce qui aura pour conséquence de faire diminuer sa jauge de psychisme. Il pourra éventuellement mettre du temps à se rétablir après une roulade, à cause d'un mal de dos excessif. Pour remédier à ces problèmes, vous pourrez prendre des boissons énergisantes pour faire remonter votre psychisme. Mais vous cacher dans un coin afin de récupérer reste la solution la plus économique. A noter que les rations font à nouveau monter votre barre de vie et que les éléments la faisant remonter ne sont plus considérés comme des objets spéciaux (comme les Médic-Vie d'MGS3).Le panel de mouvements a encore été amélioré, bien que la prise en main de tous les mouvements ne soit pas toujours aisée. De nouvelles prises CQC vous permettront par exemple de désarmer un ennemi ou de le fouiller. Snake a maintenant la possibilité de marcher et de courir en étant accroupi, d'effectuer des roulades sur le côté ou encore de jeter des grenades devant ou derrière lui tout en étant allongé, ou encore de faire le mort. Toutes ces subtilités, ajoutées au mode de tir "vu à l'épaule", ainsi que la caméra dynamique à la manière d'MGS3 Subsistence vous aideront à vous infiltrer tout au long du périple qui vous attends.

Quelques gadgets sympathiques

A propos de nouveautés, le Solid Eye System ainsi que le MK-II font partis des nouvelles mécaniques de jeu. Fonctionnant tous deux sur batterie, leur utilisation sera bien entendue limitée, mais ils vous rendront tous deux de fiers services. Le Solid Eye par exemple vous donnera en temps réel des informations sur les ennemis que vous rencontrerez et les objets tombés au sol, mais offre également les avantages des jumelles et des lunettes de vision nocturne. Le MK-II est pour sa part un petit drone de reconnaissance furtif qui, bien que possédant un champ d'action relativement restreint, vous permettra de découvrir la zone environnante en toute sécurité, mais également d'assommer les ennemis, de détourner leur attention ou encore d'amasser des armes.

Des musiques envoutantes

Un petit gadget supplémentaire, sous la forme d'un célèbre lecteur de musique appartenant à la marque à la pomme, vous sera fourni dans votre paquetage initial. Si cela peut s'avérer gadget à première vue, sachez que la bête est chargée d'une liste de MP3 assez conséquente tirées des différents opus de la série MGS, ou encore de Metal Gear Ac!d, portable OPS, l'Idechan, ... De quoi compléter admirablement la liste de musique développée pour le titre qui est ma foi fort sympathique. Harry Gregson-Williams connaît bien son boulot, et la troisième OST qu'il nous fourni, avec tant d'autres, est d'excellente qualité. Mais comment ne pas résister aux autres, lors d'une longue phase d'infiltration ou au contraire lors d'un feu à volonté ? Parmis les nombreus souvenirs de cet opus, une longue séquence au fusil Sniper avec l'énormissime "Calling to the Night" (le thème final de Metal Gear Portable Operations) reste parmis mes préférés. C'est également l'occasion de relancer vos talents de trappeur, puisqu' àprès fantômes, les dogs tags et les kerotans, vous pourrez partir à la chasse aux MP3 disséminés dans les différents niveaux, afin de compléter votre liste de lecture.

Un environnement étendu

Concernant les niveaux justement, même si ceux-ci sont la plupart du temps linéaires (avec un seul chemin pour arriver au but), ceux-ci sont très variés et d'une richesse à couper le souffle. Les décors sont très riches avec de nombreuses différences selon l'acte dans lequel on se trouve. En effet, l'histoire n'est pas continue, à la manière d'MGS1 ou 3, mais prend place dans différents lieux qui vous emmèneront aux quatre coins du globe dans des atmosphères totalement différentes. De nombreux boss parsèment le jeu, se fondant à merveille dans les arènes dans lesquelles vous les combattrez. La plupart vous donneront du fil à retordre, chacun ayant un point faible à exploiter, ce qui vous demandera une phase d'analyse avant de passer à l'action, jusqu'au combat final, épique pour sa part.

Un chef d'oeuvre, tout simplement

De nombreuses vidéos jalonnent le titre (comme on pouvait s'y attendre), hachant parfois un peu trop les phases d'actions, mais la balance générale a été assez respectées à mon sens. Difficile de faire moins cependant, au vu du nombre d'éléments que l'on apprend dans le jeu. Si certaines séquences sont parfois ridicules, on retrouve bien souvent la patte de la série Metal Gear, à savoir de nombreux clins d'oeil à la série en elle-même (notamment par les séquences de flash-back) mais également par l'humour et l'autodérision, tous deux omniprésents, et qui continuent à nous faire sourire tout au long du jeu. Un point négatif à mon sens restera celui du codec qui perd beaucoup de sa force et de sa profondeur. Si de nombreuses personnes nous contactent tout au long de l'aventure, il n'est malheureusement possible d'appeler que deux d'entre elles de notre propre chef. De surcroît, l'une des deux n'apporte pas beaucoup d'information, et c'est bien dommage. Enfin le jeu fait amende honorable en terme de durée de vie, puisque le chronomètre d'après générique de fin affichait environ 23h30 sur ma sauvegarde, ce qui correspond à 26 ou 27h de jeu, en comptant les différents ratés.En conclusion, un titre hors norme, malgré les quelques imperfections dont nous avons parlés, et qui ravira tous les fans de la série. Je reprécise une dernière fois (quitte à être pénible) que le jeu n'est pas facile d'accès pour un joueur n'ayant pas déjà terminé les trois précédent opus. Dans tous les autres cas, c'est une grande expérience vidéoludique qui vous attend, que ce soit au niveau du gameplay, de la profondeur des personnages et des émotions dégagées, ou simplement du scénario. Un "must have" pour tous les fans de la série, comme dirais nos amis anglo-saxons. A n'en point douter, un jeu qui fera couler encore beaucoup, beaucoup d'encre, aussi bien réelle que virtuelle.

Idaho7777

Recherche

Espace membre

=>Inscription<=

Interactif

Site : 22 visiteurs
Forum : 4 visiteurs

- 98822 membres -

Dernier inscrit :
otesitan 1129.58