METAL GEAR SOLID 2
SONS OF L I B E R T Y

Metal Gear Solid : un titre qui a laissé rêveur des millions (?) de joueurs. Et à l'heure d'aujourd'hui un autre volet de la saga débuté par Kojima est disponible. Cet épisode intitulé sons of liberty, n'allait sans nul doute pas décevoir les fans. Et bien c'est chose faite et avec brio comme à l'habitude de l'équipe Konami. Les vidéos diffusées avant sa sortie laissaient attendre un jeu dans la ligné du 1 er opus sorti sur PSX quelques années auparavant. Jeu que l'on pourrait classer dans la catégorie action/infiltration, ce qui serrait presque une erreur car MGS invente un genre à lui tout seul. Le but ici est de progresser furtivement. Les grosses fusillades tourneront souvent à l'avantage de vos opposants, supérieurs en nombre et d'une intelligence surprenante.

C'est donc avec confiance que je débute une nouvelle partie et là, première surprise, le jeu me pose la question de mon passé concernant la série Metal Gear, je réponds donc que j'ai fini maintes fois MGS1 et regarde avec un certain empressement la vidéo d'introduction. La scène qui suit restera sans doute dans la mémoire de beaucoup de joueurs tant son orchestration est magnifique. Je peux essayer de la décrire mais il faut la voir de ses propres yeux. On voit donc un homme en imperméable, cigarette à la bouche sur le pont Georges Washington sous une pluie battante, marchant à côté de dizaines de voitures l'éclairant de leurs phares dans la nuit noire. Tout ceci en temps réel; pour preuve on peut zoomer à volonté pendant cette belle démonstration technique. Bien sûr, les graphismes sont somptueux, des effets de lumières épatants et une modélisation très en avance pour son époque. Le tout, accompagné d'une musique sublime composée par le désormais célèbre Harry Gregson Williams (Ennemi d'Etat, The Rock, Shrek, Spy Games, Armageddon,...). Et sur une modulation de la musique, l'homme se met à courir jetant son imper pour devenir invisible ! Il court puis saute dans le vide maintenu par une corde. Il finit son envolée sur le pont d'un tanker dans un magnifique effet dû à son camouflage optique grillé lors de l'atterrissage. L'écran titre apparaît et l'homme en question est bien  comme tout le monde s'en doutait  Solid Snake.

S'en suivent quelques cinématiques et discussions codecs avec Otacon qui joue le rôle de Campbell, dans le 1, pour ce qui est des conseils. Snake et lui font maintenant partie de l'association « philanthropy » qui lutte contre la création et la présence des Metal Gear. Lors de ces discussions l'on apprend ce qu'il est advenu des personnages après l'incident de shadow moses (hormis Meryl grande absente de cet épisode), les différents objectifs de la mission et d'autres petits détails. Après ce petit passage très instructif, je peux enfin contrôler Snake. Et là, il y a du nouveau. Une foule de nouveaux mouvements tous utiles, on peut désormais surprendre les gardes par derrière ce qui aura pour effet de leur faire lever les mains en l'air et de les avoir à votre merci, la possibilité de se suspendre (pour ainsi pouvoir vous laisser tomber sur un garde et l'assommer, ou tout simplement être plus furtif), la vue à la première personne, pouvoir ouvrir les nombreux casiers se trouvant dans le jeu pour y cacher les ennemis morts ou endormis, ou s'y cacher pour échapper à une menace... Une fois toutes ces actions assimilées le jeu se simplifie grandement et les possibilités d'aborder un passage sont immenses.

Pour ce qui est des ennemis il y a aussi un flot de nouveautés, les gardes croisés possèdent un dog tag (une petite plaque d'identification qu'ils portent autour du cou et qu'il faut leur prendre pour accéder au bonus), ils possèdent aussi une radio qui leur permet d'appeler des renforts en cas de besoin et différents objets que vous pouvez récupérer (rations, munitions...). Après avoir passé quelques minutes (bon ok, heures) à contrôler Snake je peux vous rapporter mes premières constatations : les graphismes, l'animation, l'intelligence artificiel et les possibilités de jeux sont toutes au top. Plus en détails je dirai que le jeu est magnifique, les effets de pluie et de sang sont superbes. On dirige un Snake somptueusement bien modélisé et animé ultra facilement dans un tanker réaliste à souhait sous un ciel déchaîné. Le jeu ne subit aucune saccade malgré la richesse d'affichage et le nombre de personnage à l'écran, tout bouge merveilleusement bien (j'en viendrai à manquer de superlatifs). Les ennemis sont impitoyables et une approche discrète vaudra mieux que des fusillades comme c'est toujours le cas dans Metal Gear. Si par malheur un ennemi vous aperçoit, il s'empressera d'ameuter par radio tous ces petits copains et vous vous retrouverez avec une meute enragée à vos trousses. Leur échappé sera ardu, et leurs techniques pour vous débusquer sont au point.

Autre point à aborder : les cinématiques. On se croirait devant un (très bon) film, tout est mis en scène de façon magistrale et le scénario sert à merveille l'action. Le scénario tient parlons-en, probablement l'un des meilleurs jamais écrit pour un jeu vidéo (en compétition avec celui de Metal Gear Solid 1).

Après moult péripéties et surprises, on retrouve (déjà !?) au fond d'une cale le jouet nucléaire « Metal Gear », l'objectif de la mission étant de le prendre en photo, chose à faire devant une quinzaine de soldats. Une fois les photos dans la boîte, une autre cinématique, encore plus magnifique avec encore plus d'action (et de révélation) se lance. Après cette petite scène « jouissive », on arrive à un moment crucial du jeu. Suivant donc cette cinématique le jeu demande à sauvegarder.

La partie reprend deux ans après les événements du tanker et l'on retrouve Snake en train de se mouvoir dans l'eau mais avec une voix différente et des cheveux blonds qui dépassent de l'arrière de son masque (!?). On retrouve aussi le colonel Campbell supervisant l'homme au fond de la baie. Il parle de la mort de Solid Snake, et change son nom de code en Raiden. Après quelques longues minutes où l'on apprend la situation de la mission (à savoir la prise en otage du président et la menace de faire exploser un édifice, qui déversera pétrole et autres déchets toxiques provocant une immense catastrophe écologique). Raiden finit enfin par sortir de l'eau et l'on peut apercevoir une petite différence dans son maniement. Finie la roulade maintenant le héros effectue une roue. Le radar est aussi absent en haut à droite de l'écran. Encore quelques petites cinématiques et discussions codecs, et Raiden pénètre plus en avant dans la structure. Et là autre nouveauté, le noeud, dans chaque zone du jeu se trouve cette borne, qui permet d'activer le radar, chose donc presque indispensable. Enfin pour finir Raiden entraperçoit un intrus (étrangement ressemblant à Snake). Il finit par prendre l'ascenseur pour arriver au niveau principal de la construction. Une surprise attend le joueur dans cet ascenseur, l'homme retire son masque et le doute engendré et bel et bien fondé, on ne dirigera pas Solid Snake lors de cette partie du jeu. Bouleversement pour les fans, simple formalité pour d'autres il faudra bien si faire car ce sera comme ça tout le reste du jeu.

Cette seconde partie du jeu est tout aussi bonne que l'épisode du tanker, les graphismes, l'animation... (en gros tout ce qui a été vu jusqu'à présent) est toujours aussi bon. On remarque quelques nouveaux effets, comme lorsque Raiden sort de l'eau et est ébloui à cause de l'éclairage. Ce serait beaucoup trop long de revenir sur chaque petit détail tellement ils sont nombreux. Durant cette aventure sur la « Big Shell », l'on rencontrera des boss peut-être légèrement moins charismatiques que ceux du 1 mais possédant tous une aura mortelle, (hormis Fatman question de goût personnel), des cinématiques encore plus époustouflantes, une jouabilité et un gameplay travaillé, et bien sur un scénario compliqué et ingénieux à souhait. Durant les nombreuses heures d'exploration dans la Big Shell l'on prendra un énorme plaisir à jouer. Le joueur sera occupé tout le long du jeu et n'admettra aucun temps mort, avec entres autres désamorçage de c4 (peut-être le passage le plus ennuyeux), des fusillades mémorables, des parties de cache-cache avec les gardes et la résolution de diverses « énigmes »...

Tout (ou presque) est à garder dans ce jeu, qui a été fait de main de maître.

Je peux donc conclure en disant que Metal Gear Solid 2 : sons of liberty est vraiment le digne successeur de l'épisode PSX et une fois de plus l'élève a dépassé le maître.

|\/| En détails

Graphismes
Du grand art, un jeu vraiment magnifique sur tous les points, l'animation est superbe, aucun bug de collisions ou saccade (vraiment très rare) vient gâcher le jeu. Les cinématiques sont superbes et tous les effets réalistes.
17/20
Scénario
Inutile d'en rajouter, je dirai tous simplement le must de ce qui ce fait en matière de jeux vidéo.
19/20
Jouabilité
Snake ou Raiden répondent bien et font ce qu'on leur demande après un petit temps d'adaptation. Je note juste un petit problème lors des phases de plongée où j'ai eu un peu de mal.
15/20
Durée de vie
Un petit hic qui n'empêchera pas les joueurs de dépenser leur argent. Finir l'aventure pour la première fois peut prendre une quinzaine d'heures, sans s'attarder sur les détails, en ne ramassant aucun dog tag et en ne comprenant que la moitié du scénario. Si l'on accroche vraiment, la durée de vie peut largement excéder la centaine d'heure, en fonction du joueur, tellement l'on prend son pied en jouant, et le fait de le recommencer (au moins) 5 fois ne semble pas excessif, rajouté à cela les dogs tags. Un jeu long donc pour les fans.
11/20
pour les non-accros
18/20
pour un vrai fan.
Son
Harry Gregson Williams fait son travail avec brio, les musiques collent parfaitement à l'action et pour ce qui est des effets sonores (bruit de pas, tirs, crie...) c'est du tout bon.
16/20

Au final : La Playstation 2 compte aujourd'hui l'un des titres les plus fabuleux de l'histoire du jeu vidéo, surpassant encore à l'heure d'aujourd'hui (12 août 2004, 21 heures 15) bon nombre de productions actuelles et donnant en plaisir et en sensations de jeu un bonheur inouï. Je le dis Metal Gear Solid 2 est LE jeu auquel il faut jouer une fois dans sa vie, tant son potentiel est énorme.
18/20

Darkfan

Recherche

Espace membre

=>Inscription<=

Interactif

Site : 2 visiteurs
Forum : 2 visiteurs

- 99183 membres -

Dernier inscrit :
Brianpin 1133.18